Quelles pollutions rencontre-t-on dans les espaces intérieurs ?

L’air de nos habitations ou bureaux est extrêmement pollué : il est 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur. Mais on y rencontre des pollutions très différentes de celles de dehors…

Particules fines

Particules fines

Les particules fines sont dues à la combustion incomplète de produits : bois de chauffage, essence, etc. On en trouve aussi relarguées par l’abrasion ou le broyage de matériaux, typiquement pour le freinage des véhicules, l’érosion des sols. Elles peuvent aussi avoir une origine biologique : pollens, bactéries, champignons.

Ces particules sont produites en grande majorité à l’extérieur, et elles pénètrent dans les habitations avec l’aération naturelle : ouverture de fenêtres ou de porte, VMC, …

En outre, notre quotidien produit une quantité importante de particules fines, par la combustion (cigarettes, bougies, graisses de cuisine, etc.) ou par l’abrasion (peau, …). Les poussières sont de grosses particules.

Et puis nous véhiculons des particules, qui s’accrochent aux vêtements. Par exemple, dans une atmosphère enfumée, vous habits vont s’imprégner de particules qui vont “sentir la fumée” chez vous pendant des jours !

Ces particules sont classées selon leurs tailles, exprimée en microns : moins de 10 µm, moins de 2.5 µm, moins de 1 µm.

Sources de pollution dans la maison
Polluants chimiques de l'air intérieur

Pollutions chimiques

Dans les lieux clos, on trouve aussi un grand nombre de pollutions chimiques : tous les solvants, utilisés pendant des années, “sèchent” et libèrent dans l’air des molécules. Ce sont bien souvent des Composés Organiques Volatils (COV). On trouve aussi des Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP).

On trouve donc ces molécules dans de nombreux produits quotidiens : peintures, colles, cirages, vernis, parfums, produits ménagers, etc. Les produits naturels libèrent aussi des COV, par exemple le bois. Il y a en conséquence des centaines de molécules différentes dans l’air, avec leurs parfums et leurs dangerosités.

Nous créons nous-mêmes de COV, par exemple par notre sueur. Les animaux domestiques aussi génèrent des molécules de COV, souvent allergisantes.

Souvent, ces molécules se recombinent. Leur dangerosité est souvent liées à leur présence commune : on parle alors d’effet cocktail.

Virus, bactéries, moisissures

Pollutions microbiennes

Les microbes (virus, bactéries, spores) sont nombreux dans les lieux clos, mais en général ils sont inoffensifs. Même, ils sont utiles pour entraîner nos défenses immunitaires. Mais certains sont désagréables (grippe, etc.) voire dangereux (SRAS, …).

Ces microbes sont essentiellement portés par des surfaces, mais on en trouve souvent dans l’air : une personne malade peut en émettre en toussant, voire en respirant.
Certaines particules (spores, bactéries) sont aussi tellement légères et volumineuses qu’elles sont emportées dans l’air au moindre souffle.

En outre, les moisissures (qui prolifèrent sous forme de spores) sont de fréquents déclencheurs de crises d’asthme ou d’allergie.